« Putsch » au Mali : la CEDEAO condamne et ferme ses frontières

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a condamné et émis des sanctions contre le Mali suite au renversement le 18 août du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) par des « militaires putschistes ».

La CEDEAO « condamne avec la plus grande fermeté le renversement par des militaires putschistes du gouvernement démocratiquement élu du président Ibrahim Boubacar Keïta », indique un communiqué de l’organisation régionale à Ouestaf News.

L’institution régionale, dont le Mali est l’un des 15 membres, a également décidé la suspension du pays de ses organes décisionnels et la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre ses membres et le pays, et réclame « la mise en œuvre immédiate d’un ensemble de sanction contre tous les putschistes ».