Rapt des lycéennes de Chibok : trois questions au Adekoya Boladale : « L’intervention américaine n’est pas sans contrepartie »

Ouestafnews – Que pensez-vous de l’aide militaire que les Etats unis vont apporter pour libérer les jeunes filles enlevées par Boko Haram ?

Adekoya Boladale – L’aide américaine pour libérer les lycéennes prises en otage par Boko Haram est à saluer d’autant que les actions du gouvernement nigérian se sont révélées inefficaces face à la violence et au désordre causés par les insurgés. ]b
D’un autre coté, cet élan de solidarité soudaine des Américains est aussi sujet à caution. On ne connait pas les termes de cette intervention mais une chose est sûre, elle ne sera pas sans contrepartie pour le gouvernement qui est en quelque sorte mis devant le fait accompli. Parce qu’au moment où les Etats -unis répondent à l’appel, la pression et les médias du monde entier sont braqués sur le Nigeria qui ne disposait pas de temps pour clarifier les bases de cette intervention du gouvernement américain qui a déjà envoyé dans le pays ses agents de renseignement. J’ai l’impression que nous sommes devant un coup préparé d’avance, espérons que notre pays puisse sortir indemne de cette situation, car l’intervention militaire américaine n’a jamais ramené la paix dans aucun pays. Au contraire, on y observe toujours un pourrissement de la situation.

Ouestafnews – Boko Haram reste un ennemi fuyant, usant de la guérilla, sera-t-il facile à vaincre ?

A.B – Vous savez, même si une intervention militaire étrangère parvenait à anéantir la secte (Boko Haram), d’autres organisations aussi radicales vont voir le jour. Les causes qui ont favorisé l’émergence de Boko Haram restent plus prégnantes que jamais, notamment la pauvreté abjecte qui sévit dans la partie nord du Nigeria, l’absence d’un système d’éducation adéquat. A cela s’ajoute la grande corruption du gouvernement et des élites du nord qui ne cessent d’opposer les nordistes aux sudistes pour mieux assoir leurs intérêts personnels.

Ouestafnews – Comment voyez-vous l’attitude de l’Union africaine et de la Cedeao ? Doivent elles aussi envoyer des troupes ?

A.B – L’Union africaine tout comme les organisations sous régionales se doivent de porter assistance surtout que la violence continue exercée par Boko Haram ne concerne pas seulement le Nigeria. Un grand danger pèse aussi sur les pays voisins du Nigeria qui doivent sérieusement prêter attention à leurs frontières. J’estime qu’une intervention militaire de l’Union africaine serait la bienvenue au regard de ce que le Nigeria représente en Afrique comme symbole.