Richesses minières : la Guinée veut étouffer le ‘scandale’

Richesses minières : la Guinée veut étouffer le 'scandale'
Des représentants du gouvernement guinéen, des sociétés minières, des institutions financières et les entreprises de construction spécialisées sont attendus à ce symposium qui se tiendra dans la ville de Düsseldorf (Ouest) les 26 et 27 octobre, selon des annonces faites dans les médias publics.
Les projets en cours et les programmes de réalisation d’infrastructures (routes, voies ferrées, ports et barrages hydroélectriques) seront présentés aux participants qui seront invités a s’impliquer dans la construction de grandes industries pour valoriser ce potentiel.
Deuxième pays producteur de bauxite après l’Australie, la Guinée est qualifiée de "scandale géologique" en raison de son incapacité à tirer profit de ses extraordinaires ressources naturelles pour sortir du sous développement.
Un rapport publié le 17 octobre par le Comité de pilotage de l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives affirme qu’en 2005 le gouvernement guinéen a perçu 123 millions de dollars US des compagnies minières.
En l’absence de chiffres officiels récents et fiables, les experts estimaient il y a quelques années encore que le secteur minier (bauxite, alumine, or et diamant) assurerait à lui seul 80% des recettes d’exportations de la Guinée et contribuerait à hauteur de 20 % environ au Produit Intérieur Brut. Toutefois il y a eu une forte baisse des revenus miniers lors de la dernière décennie.
En 2004, un premier Forum Minier avait été organisé et avait suscité un grand engouement de la part des investisseurs. Des investissements à hauteur de 15 milliards de dollars avaient été promis dans divers projets dont le plus gros est celui d’une raffinerie d’alumine conduit par la société Global Alumina.