Rien ne permet d’envisager une dévaluation du franc CFA, selon le gouverneur de la BCEAO

"Absolument rien ne permet d’envisager une dévaluation. La crise actuelle n’est pas en train de saper notre compétitivité”, a fait savoir le gouverneur de la BCEAO cité par le quotidien burkinabé Sidwaya (pro-gouvernemental).
Il a toutefois averti que la zone franc ”sera frappée” par la crise ”comme les autres pays en voie de développement", invitant à ”ne pas mélanger les choses”.
Le gouverneur de la BCEAO a par ailleurs révélé qu’il est prévu de faire passer le capital des banques de la zone UEMOA de 5 à 10 milliards et celui des établissements financiers de 3 à 5 milliards de F CFA, au sein de l’Union monétaire économique ouest africaine (UEMOA).
Cette zone concerne huit pays qui ont une commune monnaie, le franc CFA. Ces pays sont : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali Niger, Sénégal, et Togo. Il est garanti par l’euro avec une parité fixe (1 euro pour 655 francs CFA).