Sénégal : la candidature de Wade « ternit l’image du Sénégal » selon la société civile ouest africaine (COMMUNIQUE)

Dakar le 28 janvier 2012 : Depuis quelques mois, le Sénégal traverse une crise politique persistante qui cristallise le débat sur l’éligibilité du Président sortant Me Abdoulaye Wade.

Ainsi pour protester contre la candidature, les forces vives de la nation mobilisées au sein du M23 ont organisé le 27 janvier 2012 une manifestation publique autorisée à la place de l’obélisque à Dakar.

Dans la matinée du 27 janvier 2012 la manifestation s’est déroulée dans le calme. Mais peu avant la publication de la liste provisoire des candidats retenus par le conseil constitutionnel, contre toute attente, les forces de sécurité ont chargé à coup de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Malheureusement, on dénombre un mort dans les rangs des forces de sécurité et plusieurs blessés parmi les manifestants sans compter les dégâts matériels.

Il s’en est suivi une chasse à l’Homme visant spécifiquement les leaders du M23 notamment le camarade Alioune Tine Président de la RADDHO.

La publication de la liste provisoire des candidats et en particulier la validation de candidature de Me Abdoulaye WADE ont suscité une vive réaction de l’opinion nationale et internationale entachant ainsi la crédibilité de l’arrêt rendu par le Conseil Constitutionnel.

Cette décision du conseil est contraire à l’esprit du protocole additionnel de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance.

Le forum de la société civile de l’Afrique de l’ouest recommande :

Conseil constitutionnel :
• De respecter la volonté et les aspirations légitimes du peuple sénégalais.

Autres institutions de la république sénégalaise :
• De savoir que la validation de la candidature de Me Abdoulaye Wade met en cause les principes démocratiques et la paix sociale et ternie l’image du Sénégal.
• D’arrêter immédiatement et sans condition les poursuites, arrestations et brimades à l’encontre des manifestants pacifiques et de leurs leaders.

Forces de sécurité
• D’avoir à l’esprit que la validation de la candidature de Me WADE est de nature à compromettre la stabilité politique et la pérennité de la nation.
• De respecter le droit constitutionnel des sénégalais à manifester contre tout tripatouillage de la constitution et du processus électoral.

Communauté internationale notamment la CEDEAO, L’UA, l’OIF et l’Union Européenne, les Nations Unies
De soutenir la lutte du peuple sénégalais contre toute violation de la constitution, des principes démocratiques.

Enfin, FOSCAO/WASCOF lance un appel à toutes les parties prenantes au processus électoral de ne privilégier que le dialogue et les principes démocratiques
Fait à Dakar le 28 janvier 2012