Sénégal : mort d’un ex-soldat qui s’est immolé par le feu

Une source militaire a confirmé à Ouestafnews que le soldat Bocar Bocoum, né en 1975, a bien servi dans l’armée sénégalaise avant d’être libéré du service militaire le 1er septembre 1999. Toutefois, il a été libéré en « étant en parfait état de santé » selon la même source qui nie qu’il souffrait d’une quelconque maladie au moment de sa libération.

Selon des informations parues dans la presse locale sénégalaise, le soldat sénégalais qui s’est suicidé faisait partie d’un groupe qui regroupe d’anciens blessés de guerre et soldats invalides, qui réclament des primes au gouvernement.

Le contexte international, marqué par la chute du président Zine El Abidine Ben Ali suite à l’immolation de Mohamed Bouazizi donne un cachet particulier à l’acte désespéré posé par le soldat Bocoum. Aussi son suicide a-t-il suscité un grand intérêt dans les médias internationaux. Pourtant, ce n’est pas la première fois que des Sénégalais s’immolent par le feu en signe de protestation contre le régime d’Abdoulaye Wade, arrivé au pouvoir en 2000.

En 2008, le nommé Kéba Diop, avait commis le même acte et perdu la vie. Le défunt affirmait réclamer des sommes que lui devrait le Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) au titre d’arriérés de loyer pour le siège du PDS dans une ville du sud du Sénégal.

En 2007, une dame du nom de Penda Kébé, dont la famille se décrit elle-même comme « proche » de celle des Wade, » s’était suicidée de la même manière en Italie. Selon ce qu’en avaient rapporté les médias à l’époque, la dame Kébé avait posé son acte en signe de protestation contre la manière dont les services du protocole l’avaient traitée et qu’elle jugeait « humiliante » pour la militante du PDS qu’elle était.

Hormis, ces suicides par le feu, des Sénégalais, souvent en groupe et parfois de manière isolé, ont plusieurs fois observé des grèves de la faim pour protester contre les abus du pouvoir en place.