Sénégal : violences basées sur le genre, 68% des victimes ne portent pas plainte (ONU-Femmes)

Soixante-huit pour cent des victimes de violences basées sur le genre (VBG) au Sénégal ne font pas recours à la justice ni ne dénoncent les exactions commises contre elles, affirme la coordonnatrice du programme ONU-Femmes Sénégal, Dieynaba Wane Ndiaye, citée par l’Agence de presse sénégalaise (APS).

Mme Ndiaye s’adressait à des journalistes, à la fin d’un atelier de partage des données de l’Enquête démographique et de santé-2017 (EDS-2017) sur le pouvoir d’action des femmes et les violences basées sur le genre (VBG). Selon la coordinatrice d’ONU-Femmes citant cette étude, les femmes sont victimes de toutes sortes de violence, des violences domestiques aux violences en milieu de formation, en passant par les violences en milieu professionnel.

Concernant l’excision et les mutilations génitales, elle souligne que ces pratiques sont en perte de vitesse au Sénégal, soulignant une cartographie devrait permettre de développer des programmes d’actions pour lutter contre ces pratiques.