Sommet de l’UEMOA : qui pour diriger BCEAO et BOAD ?

La situation des deux grandes institutions financières sous régionales, la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) et la Banque ouest africaine de développement (BOAD), figurent à l’agenda des chefs d’Etats.
Toutes ces deux institutions sont aujourd’hui dirigés par des intérimaires, et les chefs d’Etats peinent à trouver un accord pour la nomination de nouveaux patrons.
Cette situation "d’intérim" dans les deux institutions est consécutive à la nomination en décembre 2005 du gouverneur de la BCEAO Charles Konan Banny au poste de premier ministre de Côte d’Ivoire et à l’élection en mars 2006 de Yayi Boni, ancien président de la BOAD, à la tête de son pays, le Bénin.
Selon plusieurs journaux ouest africains la situation de blocage à la BCEAO est due à l’intransigeance de la Côte d’Ivoire dont le président Laurent Gbagbo tient à conserver le poste de gouverneur en faveur d’un de ses compatriotes. Les mêmes sources indiquent que le Burkina et le Niger convoiteraient le poste pour leurs nationaux.
A la BOAD, le Sénégal avait manifesté l’intention de présenter un candidat pour prendre la place de Yayi Boni, mais celui-ci –Amadou Kane, ex-directeur général d’une banque sénégalaise — vient d’accepter une nomination à un autre poste pour le compte du groupe français BNP-Paribas, maison mère de sa banque d’origine, la BICIS (Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Sénégal) .
Selon le communiqué officiel signé par le président de l’UEMOA, d’autres points figurent à l’agenda du sommet des chefs d’Etats de l’UEMOA dont notamment l’Accord de Partenariat Economique (APE) avec l’Union Européenne.
Cet accord peine à être finalisé et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), en charge de conduire les négociations avec l’Europe pour le compte de l’Afrique de l’Ouest, a souhaité début décembre la prolongation des délais de négociations et le renvoi de la date d’une éventuelle entrée en vigueur.
Ce souhait fait suite à une vigoureuses dénonciation des accords et à un instance lobbying de plusieurs acteurs, essentiellement non étatiques, au sein des pays membres de la CEDEAO.
D’ailleurs la CEDEAO doit elle aussi tenir son sommet à Ouagadougou le 22 décembre.
L’UEMOA est composé de huit pays ayant une monnaie commune, le franc CFA. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.
Sept autre pays s’ajoutent à cette liste pour constituer la CEDEAO : Cap-Vert, Gambie, Ghana, Libéria, Nigeria, Sierra Leone.