Suite à la débâcle africaine au mondial 2010, le président de la Fédération ghanéenne joue aux pompiers

« C’est un échec du football africain, je ne suis pas un technicien, mais je pense qu’il faut qu’une rencontre soit organisée pour donner des explications sur ces échecs et les moyens de travailler pour que pareille chose n’arrive plus », a affirmé Kwesi Nyantakyi suite à l’élimination précoce de quatre des six sélections africaines à la coupe du monde 2010.

Sur les six sélections africaines, seul le Ghana a obtenu sa qualification en huitième de finale, les quatre autres (Cameroun, Afrique du Sud, Nigeria et Algérie) sont d’ores et déjà éliminées.

La Côte d’Ivoire qui est en ballottage très défavorable jouera le 25 juin 2010 son dernier match de groupe contre la Corée du Nord, un match qu’elle doit gagner par un large score et souhaiter en même temps une très lourde défaite du Portugal devant le Brésil pour espérer se qualifier.

Pour la première coupe du monde jouée en Afrique, les sélections africaines devraient montrer un visage plus conquérant, selon le président de la GFA.

«C’est très possible au vu du potentiel de nos sélections et au vu de l’opposition présente dans cette compétition », a-t-il notamment affirmé.

S’il est vrai que le football n’est pas une science exacte, le président Nyantakyi pense qu’il faut une rencontre pour trouver la racine du mal.

Le Ghana jouera son match de huitième de finale le samedi 26 juin 2010 contre les Etats-Unis d’Amérique à Rustenburg.