Swollen shoot : le mal du cacao

Ouestafnews – Le retour du Swollen shoot (maladie virale qui attaque le cacao) suscite beaucoup d’inquiétudes au Ghana et en Côte d’Ivoire, les deux principaux producteurs mondiaux de cacao, qui ont décidé de mettre en place un plan commun de lutte. Zoom sur une pathologie décrite pour la première fois dans les années 1930.

Réunis le 23 août 2018, dans la ville frontalière de Pilla 34 (Ouest du Ghana), les officiels ghanéens et ivoiriens ont lancé un plan commun de lutte, qui sera marqué par des opérations d’arrachage de cacaoyers infectés par la maladie du Swollen shoot.

L’arrachage des plants infectés est actuellement la seule solution disponible face à ce fléau dont le virus se transmet essentiellement par des cochenilles.

Trois principaux symptômes sont en effet associés au développement de la maladie : le gonflement des rameaux et des racines, le jaunissement des feuilles et la déformation d’organes.

Le gonflement des rameaux, à la base, à l’extrémité ou dans l’entre-nœud, est le symptôme le plus visible de la maladie, celui qui justifie le nom de Swollen shoot attribué à cette maladie.

Conséquences

Selon un constat fait par les spécialistes, le Swollen shoot est endémique en Afrique de l’Ouest, avec une forte présence au Ghana et en Côte d’Ivoire mais aussi au Nigeria.

«La maladie réduit de façon significative la production et le développement des cabosses ainsi que la qualité des fèves », précise le Conseil café cacao (organe de gestion ivoirienne) sur son site internet. Selon la même source, les localités de Bouaflé et Sinfra constituent des foyers de la maladie. Plus de 8.600 hectares de cacaoyers y ont été détruits, occasionnant une chute de 66 % de la production.

Le 23 août 2018, le directeur de la Ghana Cocoa Board, Joseph Baiden Aidoo, a déclaré que son pays va procéder à l’arrachage de 680 milles hectares. Ce qui représente 40 % des cacaoyers attaqués par le Swollen shoot et le vieillissement. Une étape qui sera suivie par une phase de replantation avec des variétés plus résistantes.

En Côte d’Ivoire, une campagne d’arrachage entamée en janvier 2018 (et étalée sur trois ans) vise l’éradication 300 milles hectares de plants infectés.

Pour lutter contre le Swollen shoot, les deux pays vont recevoir un financement de 600 millions de dollars de la Banque africaine de développement (BAD), rapporte jeuneafrique.com

«Les premiers signes sont visibles dans les secteurs de la cacaoyère appelés « foyers » de la maladie. Le foyer de Swollen shoot se limite au début à un petit nombre de cacaoyers. Il s’étend progressivement», explique le Centre national de recherche agronomique (CNRA) de Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire et le Ghana assurent 60 % de la production mondiale de cacao. Ces pays sont depuis quelques mois dans une dynamique unitaire sur la question cacaoyère. Ce plan commun de lutte intervient après que les officiels des deux pays ont annoncé leur intention de peser ensemble sur le marché mondial de la fève afin de garantir de meilleurs prix à leurs producteurs.

MN-SD/ad