Tchad-Soudan : Ban Ki-moon pour booster la médiation de Wade, El-Béchir sème le doute

Cette médiation se tient en marge du 11ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Organisation de la Conférence islamique(OCI). Elle se tient sous l’égide du président Wade.
Toutefois, selon le ministre sénégalais des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio qui annoncé l’arrivée du secrétaire général de l’ONU lors d’une conférence de presse à Dakar, les pourparlers annoncés par le président Wade n’entrent pas dans le cadre du sommet de l’OCI, qui s’ouvre le 13 mars dans la capitale sénégalaise,
Le ministre sénégalais a expliqué que la médiation du président Wade est le prolongement des efforts entrepris au sein de l’UnIon africaine, et qu’elle a commencé « bien avant » le sommet de l’OCI.
Toutefois l’un des principaux protagonistes, le président Omar El-Béchir du Soudan, a semé le doute dans les esprits en annonçant depuis Dubaï qu’il n’était pas sûr de la nécessité de signer un nouvel accord avec son homologue Tchadien.
« Si le président tchadien n’a pas pu honorer un accord conclu à l’intérieur de la Kaaba (située à la Mecque, lieu saint de l’Islam), comment pourrait-on s’attendre à ce qu’il respecte un accord qu’il signerait à Dakar? », s’est interrogé le président soudanais cité par une dépêche de l’’Agence France Presse
Le Soudan et le Tchad, deux pays frontaliers et tous deux confrontés à des rébellions violentes, s’accusent mutuellement d’ingérence dans les affaires de l’un et de l’autre pays. Ils ont signé plusieurs accords, tous violés par la suite.
Initialement annoncée pour la matinée 10H00, la rencontre de Dakar entre les deux chefs d’Etats rivaux est à présent programmée dans la soirée, ce qui, selon le ministre, devrait permettre au président Wade et à son gouvernement de consacrer la journée à… l’accueil des chefs d’Etats qui ont d’ailleurs commencé à arriver dans la capitale sénégalaise.
« La rencontre (Déby/El Bashir) n’aura pas lieu avant 20H30 », avait confié à Ouestafnews une source proche du gouvernement sénégalais, ajoutant qu’elle pourrait même « n’avoir lieu qu’après le sommet ». Toutes choses qui renforcent les sceptiques sur les chances de faire aboutir la médiation.
Mais pour l’instant, le ministre Gadio suggère plutôt d’attendre et de voir, « en dépit » de ce qu’a dit le président soudanais, confiant que la rencontre se tiendra … mais aussi demandant de « prier » pour qu’un accord soit signé.