Télécoms béninois : anarchie totale, mesures draconiennes annoncées

L’étude révèle qu’un total de "47 opérateurs sur 50 visités", exercent "tout ou partie de leurs activités en violation des textes" privant ainsi l’Etat béninois "d’importantes recettes" et provoquant "une forte hémorragie financière au préjudice de l’Etat béninois", affirme un communiqué du Conseil des ministres parvenu à Ouestafnews.
Parmi les principaux dysfonctionnments constatés, figurent "l’accès anarchique à l’international des réseaux exploités par les entreprises concernées, sans aucune autorisation (…), le non respect de la législation en vigueur (…), l’exploitation sans contrepartie des équipement de Bénin Télécoms SA et l’existence de mal gouvernance à Bénin Télécoms SA", la société nationale de télécommunications.
Le gouvernement béninois dresse une très longue liste de "pratiques frauduleuses" dans ce secteur stratégique, ainsi plongé dans "un désordre indescriptible" et promet de prendre des mesures draconiennes pour y ramener l’ordre.
L’accélération de l’audit de Bénin Télécoms SA, la mise en place d’une autorité de régulation, la suppression immédiate "de tous les accès à l’international effectués hors des installations de Bénin télécoms SA" figurent au nombre des mesures annoncées.
L’Etat, selon le communiqué va également suspendre tous les "arrêtés portant autorisation de prestation de services de télécommunications telles que la Voix sur IP, la boucle locale radio, le wifi, le wimax, l’adsl, les cartes prépayées à l’exception des fournisseurs d’accès internet et des opérateurs de cybercafé qui exploitent légalement leurs activités"
Les conditions de la récente "mutation des Telecel vers Moov" (opérateurs privés) seront également examinées, promet le gouvernement béninois qui annonce plusieurs autres mesures dont notamment le démantèlement "sans délai" d’installations techniques opérées sans autorisation, le relèvement des prix de licences accordées de "manière fantaisiste".