Tentatives pour rapprocher les trois bourses d’Afrique de l’ouest


PAR OUESTAFNEWS

"Nous voulons intégrer nos places boursières afin de pouvoir nous lancer dans la compétition pour attirer plus de fonds aussi bien d’investisseurs locaux qu’étrangers", a déclaré au journal nigérian Business Day la directrice de la bourse du Nigeria, ajoutant que les investisseurs seraient forcément attirés par des "bourses plus solides et plus fortes."
La Bourse régionale des valeurs mobilières d’Abidjan (BRVM) serait le troisième pilier dans ce rapprochement, a indiqué Mme Okereke-Okinyueke.
La BRVM, qui se trouve à Abidjan couvre les huit pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), alors que la NSE et la GSE sont des institutions nationales.
Toutefois, a averti la directrice de la NSE qui travaille avec son homologue ghanéen sur le projet, cette "intégration n’est pas synonyme de fusion."
Hormis la BRVM, la GSE et la NSE, il existe une quatrième place boursière en Afrique de l’ouest, au Cap Vert, notamment.
Aucun des deux responsables s’étant exprimées sur la question n’a cité la Bourse du Cap Vert comme faisant partie du projet en cours et dont la mise en oeuvre est annoncée "pour bientôt", mais sans aucune date précise.