TIC: encore du chemin pour l’Afrique subsaharienne

« Le faible niveau des infrastructures, l’opacité des systèmes de régulation, la faiblesse des marches et la pauvreté généralisée constituent de puissants obstacles contre une plus grande généralisation et efficacité des TICs dans le combat contre le sous développement dans la région », soulignent les auteurs du rapport de ce rapport qui s’est intéressés à 138 pays à travers le dans le monde.

Depuis une dizaine d’années, ce rapport annuel étudie l’usage, la disponibilité, la qualité et l’environnement ainsi que l’impact des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) sur le développement et la croissance économique en utilisant un indice dénommé NRI (Networked Readiness Index »).

Selon l’encyclopédie en ligne Wikipedia, le NRI est un indice qui prend en compte l’environnement des TICs dans un pays ou dans une localité donné, le niveau de préparation des différents acteurs (personnes physiques, milieux des affaires, autorités), dans l’utilisation des TIC.

En ce qui concerne l’Afrique de l’ouest, le classement 2011 est curieusement dominé par la Gambie, classée 76ème au niveau mondial suivi du Sénégal 80ème, le Cap-vert (84ème), le Ghana 99ème , le Nigeria 104ème, la Cote d’Ivoire 113ème, le Bénin 114ème, le Mali 120ème et le Burkina Faso 122ème.

A noter que la Gambie et le Sénégal devancent cependant des pays comme l’Algérie, le Kenya, le Maroc et les Philippines.

A l’échelle du continent Africain, la première place revient à la Tunisie placée 35ème, suivie de l’Ile Maurice placé à la 47ème place et de l’Afrique du Sud 61ème.

Le Forum économique mondial de Davos (du nom de la localité située dans l’est de la Suisse ou il est basé) est une organisation qui se dit indépendante, connue surtout pour l’organisation de sa rencontre annuelle qui regroupe les grands dirigeants de la finance mondiale et du monde des affaires. Il est accusé par ses détracteurs d’être le véhicule des pensées néolibérales, à l’origine de la crise actuelle dans le monde.