Tiken Jah Fakoly ‘persona non grata’ au Sénégal après avoir critiqué Abdoulaye Wade


PAR OUESTAFNEWS

Lors d’un concert donné à Dakar dans la soirée du mercredi 12 décembre, l’artiste ivoirien, connu pour ses textes engagés et critiques vis-à-vis des gouvernements africains, s’en est pris directement au président sénégalais Abdoulaye Wade et à sa famille, selon des propos rapportés par la pesse sénégalaise.
Ces propos ont été jugés "fracassants, discourtois et insolents", dans un communiqué du ministère sénégalais de l’intérieur cité par l’Agence de presse sénégalaise (APS, officielle). Le ministère a par conséquent pris un arrêté interdisant le musicien d’entrer en territoire sénégalais.
Lors de son concert, Tiken Jah Fakoly a interpellé le président Wade lui demandant de "quitter le pouvoir" s’il aime vraiment le pays qui serait "en danger" selon lui. Le "reggae-man" ivoirien s’est ensuite attaqué au fils du président Karim Wade, par ailleurs président de l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique (ANOCI)..
Selon les propos rapportés par les journalistes ayant couvert le concert, l’artiste a conseillé au président de laisser son fils "au berceau" ou "à la maison" s’il ne veut pas que celui-ci soit "auditionné par l’assemblée nationale".
La décision de faire passer Karim Wade devant l’assemblée nationale pour une audition a valu au président de cette institution, Macky Sall, son poste de numéro du Parti Démocratique Sénégalais (PDS, au pouvoir), alors que des députés fidèles à la famille présidentielle étaient en train de s’activer pour réduire son mandat de 5 à 1 an.
Selon l’APS, l’artiste a déjà quitté Dakar pour le Mali.
Tiken jah Fakoly vit volontairement en exil dans ce dernier pays depuis plus de 5 ans. Il n’est reparti dans son pays natal, la Côte d’Ivoire, que cette semaine pour des concerts mais n’envisage d’y rentrer de manière définitive « qu’après les élections ».