Tracasseries aux frontières en Afrique de l’Ouest: le Burkina donne l’exemple

La libre circulation des personnes et des biens, bien que prévue par les conventions des organisations sous régionales chargées des politiques d’intégration, se heurte souvent à des pratiques illicites, tel que le racket au frontières et sur les routes, la corruption, etc.

Le Burkina Faso a été primé, en marge d’un Forum des affaires tenu en Côte d’Ivoire, pour saluer l’élimination « des tracasseries aux frontières » (notamment les taxes illicites) et « la limitation des points de contrôle et l’entretien efficace de ses axes routiers qui garantissent la sécurité de tous les habitants de la communauté’ », affirment un communiqué de la Cedeao parvenu à Ouestafnews.

Les tracasseries aux frontières et les autres pratiques illicites (racket) ont souvent été énoncées par les opérateurs économiques de la sous région, mais en vain.

Le protocole de la Cedeao sur la « libre circulation des personnes et des biens » a été signé par les chefs d’Etat et de gouvernement en 1979, pour faciliter les mouvements intra-communautaires afin de stimuler le commerce intra-régional et renforcer l’économie ouest africaine.

Avec son prix le Burkina Faso emporte un chèque de 10.000 dollars, qui a été remis à ses représentants au Forum.

Lors de la même cérémonie, d’autres prix ont été remis à 45 ressortissants des pays membres de la Cedeao pour saluer « l’innovation et l’entreprenariat » dans la sous région.

Le prix du jeune entrepreneur est revenu à un homme d’affaires béninois âgé de 32ans , Alain Capochichi.