Traite des enfants : souvent accusée, la Côte d’Ivoire durcit sa loi

« Tout parent ou tuteur qui entre ou sort du territoire national accompagné d’un enfant est tenu de présenter certains documents, notamment sa pièce d’identité et un document qui atteste de l’autorité qu’il a sur l’enfant », explique le communiqué du gouvernement, relatant le contenu du nouveau décret.

Toujours selon le texte, au cas où l’enfant n’est pas accompagné de ses parents ou de ses tuteurs, il faudra une autorisation expresse dûment authentifiée par l’un des parents ou une autorisation judiciaire ou du ministre en charge de la sécurité.

La Côte d’Ivoire est régulièrement accusée par des organisations humanitaires de ne pas lutter efficacement contre la traite des enfants, notamment dans les champs de cacao.

Selon l’Organisation des Nations-unies pour l’enfance (Unicef) le recours aux enfants (qui constituent une main d’œuvre bon marché pour les producteurs dans les plantations de cacao) est aussi amplifié par des facteurs comme la traditionnelle migration saisonnière, la pauvreté des pays limitrophes de la Côte d’Ivoire, la conception socioculturelle du travail, la perméabilité des frontières ainsi que la corruption

Longtemps critiquées sur la question, les autorités ivoiriennes entendent désormais « lever tout équivoque quant à l’utilisation des enfants dans l’agriculture ivoirienne », a déclaré à la presse, Bruno Koné, ministre des Technologie de l’Information et de la Communication et aussi, porte-parole du gouvernement.

Sur cette question le gouvernement ivoirien agit aussi de concert avec ses voisins notamment le Mali et le Burkina Faso (avec des accords de coopération signés respectivement en 2011 et 2013). Une bonne partie des enfants employés dans les plantations de cacao et parfois dans les maisons (comme domestiques) proviennent de ces deux pays.

Selon la fondation « International Cocoa Initiative », organisation caritative suisse, disposant de bureaux à Accra et à Abidjan, ils seraient entre 300.000 et un million d’enfants présents dans les plantations de café et de cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana voisin.