Une bourse africaine du crédit-carbone “forestier” en gestation

Ce projet vise à mobiliser les ressources en vue de créer une bourse africaine du crédit carbone.
Les experts venus d’Europe, d’Asie, des Etats-Unis et d’Afrique vont tenter de s’unir pour que l’économie verte devienne une réalité sur le continent et un vrai business, indique le site officiel du gouvernement du Togo consulté par Ouestafnews.

Le président d’Anglo African Energy Group, Philippe Solomon, explique qu’à travers ce projet, l’Afrique cherche à faire payer aux pays industrialisés le droit de polluer sous forme de crédit carbone.

« Le crédit carbone est la résultante chimique et atmosphérique de la préservation des forêts. C’est toute la masse de carbone dioxyde nocive qui n’est pas envoyée dans l’atmosphère et qui permet ainsi aux pays industrialisés de continuer à polluer en diminuant cependant les dommages causés à l’environnement », a-t-il fait savoir.
L’action de l’AAEG, dans la collecte de ces nouvelles ressources, consistera à « mobiliser le plus grand nombre dans la conception, comme dans l’évaluation, la réalisation et la négociation de ces crédits carbones », a dit son président.
M. Solomon invite les bailleurs, les chefs d’entreprises, les banques et institutions financières internationales à se joindre à cette action de sauvetage de la planète.

Sur le choix du Togo pour le lancement du projet, le directeur de l’AAEG fait remarquer que Lomé est « une place financière où beaucoup d’institutions » sous-régionales et « c’est un atout car Lomé peut devenir la place financière du crédit carbone forestier ».
Un crédit-carbone est une unité, généralement équivalent à une tonne de gaz à effets de serre. L’idée des crédits-carbone. Ces crédits s’échangent à la bourse du carbone sur la base de quotas d’émissions accordés par des gouvernements.
Cette bourse qui intéresse déjà certains grands groupes financiers internationaux et plusieurs multinationales est un mécanisme favorisé par les pays signataires du protocole de Kyoto, dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.