Visa : Hollande promet…

La difficulté à obtenir un visa vers la France, les conditions draconiennes et les longues procédures dans les consulats français en Afrique ont été souvent décriés par plusieurs africains, allant de jeunes migrants en quête d’opportunités à des intellectuels reconnus.

« Je souhaite que les procédures administratives soient simplifiées pour les étudiants, dès lors qu’ils sont motivés, talentueux, capables de subvenir à leurs besoins, mais aussi pour les artistes et les créateurs », a déclaré le président français dans un discours à l’Assemblée nationale du Sénégal.

Le président Hollande, a affirmé sa volonté de mettre fin à un « paradoxe absurde qui fait que la France dans un passé récent ait trop souvent fermé la porte à ceux-là même qui voulaient y créer des emplois, y développer les échanges, participer à l’effort de recherche ou de création artistique ».

Les chancelleries françaises en Afrique sont connues pour leurs procédures jugées « humiliantes » en matière de délivrance de visa, un fait régulièrement dénoncé par des organisations comme l’ONG française Cimade.

En juillet 2012, la presse africaine s’était largement fait l’écho du refus de délivrer des visas à des personnalités de la sous région ouest africaine comme l’universitaire sénégalais Oumar Sankharé, professeur de lettres à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) et le Burkinabè Halidou Ouédraogo, président d’honneur du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP).